«

»

Déc 08

Patrice DUFETEL: « A supposer que j’avance dans le noir »

 Editions Henry, collection La Main aux poètes, 6€

Un petit ouvrage rapide, mais très sensible. Le parcours de trois femmes qui ont fauté aux yeux des hommes. Des hommes sans majuscules. Madeleine n’aurait pas dû prêter une aiguille et du fil au soldat allemand pour recoudre le bouton de son uniforme…Haijieh n’aurait pas dû croiser le regard de son voisin, le bel arabe occidentalisé…Fatou n’aurait probablement pas dû suivre sa mère lorsque celle-ci l’a emmenée, petite, pour une cérémonie, un rite ancestral qui consistait à la rendre pure…Mais comment pouvaient-elles savoir, ces trois pauvres filles, que leurs vies allaient basculer dans l’horreur après ces quelques instants d’abandon, d’oubli d’elle-même ? Dufétel traite ces sujets graves avec beaucoup de poésie et de délicatesse. Il nous rappelle que derrière ces silhouettes brimées, violentées, humiliées, il y a des cœurs de femmes, des âmes de femmes, des pensées de femmes. Les trois histoires ne se succèdent pas, mais s’entremêlent, chapitre par chapitre, nous obligeant à dévorer les mots pour avancer plus vite vers les conclusions de ces destins brisés. Un petit ouvrage qui mérite notre intérêt.

Lydie George, in Côte d’Opale Magazine octobre/novembre 2011