Jan 24

25ème Marché aux Livres d’occasion : dimanche 18 février 2018

Un peu à l’avance, Le Livre à la Mer organise son premier marché aux livres d’occasion de l’année, le dimanche 18 février dans la salle des fêtes d’Ambleteuse (Pas-de-Calais) sur la Côte d’Opale.

Nous vous attendons nombreux, comme d’habitude!

L’équipe du Livre à la Mer

25 livre d'occasions

Déc 03

Hervé HERNU : « Black Sect »

black sect

Editions Ravet-Anceau (collection Polars en Nord) 15€

La plupart des romans d’Hervé Hernu – du moins ceux réservés aux adultes, car il écrit aussi pour la jeunesse – sont à lire toutes lumières allumées, selon le vieux conseil toujours d’actualité, d’Alfred Hitchcock. Le livre fermé sur quelques chapitres, la lampe de chevet éteinte, et vous, dans le silence et l’obscurité de la maison…N’espérez pas dormir ! Le moindre craquement vous fera frôler la syncope…Hervé Hernu est l’un de ces auteurs qui provoque de réelles émotions à ses lecteurs, et pas des moindres : la peur, l’angoisse, le stress…A y réfléchir, c’est tout de même assez fort de déclencher de telles réactions juste avec quelques petits signes noirs imprimés sur du papier… ! C’est probablement à cela qu’on identifie les bons écrivains !

Quoi qu’il en soit, dans ce septième opus, Hervé Hernu nous emmène à Oxford pour suivre Jack Cope, un psychiatre en but à de gros soucis : son adolescent de fils a disparu et selon des vidéos de surveillance, il semblerait qu’il soit impliqué dans une série d’attentats très meurtriers. Une secte serait à l’origine de ces crimes. Mais qui sont ses membres, qui paraissent bien jeunes ? Qui les dirige ? Et selon quelle folle logique ? Malgré des amis très fidèles, Cope est très seul dans l’adversité et il survit à nombre d’événements violents qu’Hervé Hernu nous rend avec un réalisme terrifiant.

Au fil du roman, le psychiatre va soulever le voile sur plusieurs zones d’ombre et notamment la disparition dramatique et mystérieuse de son épouse un an plus tôt.

Parviendra-t-il à se reconstruire après une telle traversée de l’enfer ?

Un teaser, réalisé par Hervé Hernu vous propose une vision illustrée de son nouveau roman, car, en plus d’être auteur Hervé est également vidéaste… https://www.youtube.com/watch?v=IZtaTanhApQ

Site de l’auteur : https://www.hervehernu.com/

Lydie GEORGE

Décembre 2017

Nov 22

Bénédicte de Grèce : « J’ai zigouillé mon pote »

couv j'ai zigouillé

Editions Ravet-Anceau (Collection Polars en Nord junior 8€°

Cette énigme, qui se déroule à Boulogne-sur-mer, est une « enquête en BD » pour les lecteurs pré-ados amateurs de mangas ! Alex Black, « détective surdoué des boyaux de la tête » et sa bande de copains ont tout à fait l’allure des personnages de BD japonaises ! L’histoire navigue entre le réel et l’imaginaire : le rêve d’Alex permet d’aider Théophile, un jeune du collège qui s’exprime en répétant trois fois successivement les mêmes phrases… Singulier, et parfois agaçant pour les auditeurs…

Cette BD noir et blanc au format « Polar en Nord junior » se veut porteuse d’un message de tolérance vis-à-vis du handicap, sous une forme efficace et moderne qui plaira aux jeunes amateurs d’enquête. Les expressions, le vocabulaire, la syntaxe syncopée et elliptique proposée par l’auteur devraient leur parler ! A croire que Bénédicte de Grèce a toujours quinze ans !

Elle a créé le personnage d’Alex Black il y a quelques temps, mais c’est la première fois qu’elle raconte les aventures du jeune héros en BD. Il faut dire que cette audomaroise a de nombreuses cordes à son arc : elle peint, elle illustre des albums, elle écrit des romans très noirs pour les adultes, et participe régulièrement à la collection Polar en Nord Junior.

 

Lydie GEORGE

Nov 03

24ème Marché aux Livres d’occasion : encore une édition réussie!

24ème MAL

IMGP0741Inutile de dire que ce marché aux livres était réussi : il en est de même depuis la 1ère édition!

Notre manifestation est toujours très attendue, et par les vendeurs, et par les lecteurs. Voir repartir des acheteurs avec des sacs de bouquins au bout de chacun de leurs bras est chose banale…

A savoir pour les vendeurs éventuels : les prix pratiqués sont très bas et les acheteurs recherchent plutôt les nouveautés, plutôt les BD, plutôt les livres d’enfants (modernes! Ne pensez pas vendre vos Fantômettes des années 70…) et plutôt des bouquins d’histoire locale.

Mais il y a aussi ceux qui cherchent (ou vendent) de la littérature fantastique, de la SF, des comics.

Et aussi ceux qui cherchent/vendent des magazines en bon état et récents pour une poignée de dizaines de centimes.

Bref, il se passe beaucoup de choses lors de chacun de ces Marchés aux Livres d’occasion, souvent copiés…jamais égalés!!!

Merci à tous les participants!!!

IMGP0740            IMGP0749IMGP0741

IMGP0742            IMGP0745

IMGP0744

 

IMGP0747IMGP0748

Mar 20

Le 23ème Marché aux Livres d’occasion d’Ambleteuse!

 

Ce dimanche 19 mars 2017, après une semaine au goût de printemps propice à la plantation des premières fleurs comme à l’exhibition de son nouveau tee-shirt, nuages gris et vent fort s’étaient invités sur la Côte d’Opale, décourageant les promeneurs. Cela n’a pas empêché les membres de l’’association « Le Livre à la Mer » de proposer, cette année encore, un marché pour les livres d’occasion à ses vendeurs (pour la majorité ce sont des habitués mais quelques nouvelles têtes ont égayé les stands !) et ses acheteurs/lecteurs qui se permettent d’enrichir les rayons de leur bibliothèque pour quelques euros : pendant que les uns vident les étagères pour faire de la place à de nouveaux bouquins, les autres les remplissent….

Martine Ambleteuse

23 livre d'occasion 2

 

La matinée accueillit nombre de visiteurs mais fut un peu plus calme qu’à l’accoutumée, sauf à l’ouverture où on pouvait voir les collectionneurs, l’œil brillant et la truffe humide, se hâtant de stand en stand pour ne pas rater l’édition rare, la bande dessinée qu’il leur manquait (une première édition, évidemment !), le numéro spécial de « Cuisine à la mode » sur la blanquette de veau à la boulonnaise. La député de la circonscription, Brigitte Bourguignon, tout en sourire et proche des gens comme d’habitude, est ensuite passée nous saluer, ce qui nous a réjouis. A l’heure de l’apéro ou de la sortie de la messe (selon les centres d’intérêt), les allées se sont remplies d’amateurs bibliophiles….

IMG_20170319_170744IMG_20170319_171206

L’après-midi, comme d’habitude, les promeneurs ont remplacés les amateurs. Mais, les prix pratiqués (peu élevés !) ont encouragés de nombreuses ventes.

On y a vu de quelques comportements insolites ou amusants, mais toujours sympathiques. Comme  le promeneur qui sélectionnait, dans un stand, un livre, deux livres, trois livres…. toute une pile de livres ! On voyait alors s’allumer des symboles en forme d’Euro dans les yeux des vendeurs. Puis, sans un mot, il reposait le tout en s’éloignant, des larmes remplaçant alors les symboles d’euro dans les yeux des commerçants du dimanche. Une autre promeneuse s’excusa de ne pas acheter auprès d’un vendeur : « Ils sont bien vos livres, mais, je les ai déjà tous à la maison ! » Un amateur s’émerveille sur un bouquin, le retourne dans tous les sens, le feuillette, le soupèse, plus il l’examine, plus on comprend qu’il ne pourra plus vivre sans le précieux objet. La situation dure… et sa femme l’interpelle de l’autre côté de la salle, alors il pose le livre en râlant…. Et ne revient jamais le chercher !

 IMG_20170319_144710

IMG_20170319_170722

La journée s’écoula dans une atmosphère sereine, dans le parfum des crêpes et du café (On ne s’est pas reposé à la buvette !) au rythme des conversations dont beaucoup tournaient autour de la littérature (son auteur préféré, ce roman qui nous a marqués, « les enfants d’aujourd’hui, ils n’lisent plus ma pauvre dame ! », « J’ai un ami qui écrit des romans de Fantasy ! » , etc…), on se serait cru à « La Grande Librairie » de François Busnel !

Une manifestation sans prétention mais qui fut réussie.

IMG_20170319_171123

Jan 01

Rouge Armé

Roman de Maxime Gillio.

(genre Policier Thriller)

Éditions Flammarion, collection Ombres Noires (2016) ; 19 €

rouge-arme

 

Le sympathique auteur dunkerquois Maxime Gillio nous revient après nous avoir enchanté avec nombre de romans policiers, noirs ou à la sauce San-Antonio. Les Maisons qui éditaient ses textes (Ravet-Anceau, L’atelier Mosesu…) avaient plutôt un impact régional. Ce nouvel éditeur étant diffusé à un niveau national, cet écrivain qui possède un grand talent de narrateur pourra ainsi élargir son public….

« Rouge armé » se déroule en Allemagne en 2006 avec de nombreux retours en arrière de 1943 à la fin des années soixante-dix. Patricia, journaliste perturbée, alcoolique et nymphomane, approche, sous prétexte d’écrire un livre, Inge, vieille dame solitaire, qui serait une des seules personnes vivant en Allemagne de l’Est, qui aurait franchi clandestinement le mur de Berlin pour retourner à l’Est quelques temps plus tard. Une relation, lourde de non-dits et de souvenirs douloureux, se tisse entre les deux femmes, entre haine et attachement. L’après-guerre de l’Allemagne est passé au crible sans concession, des camps aux mouvements de population à cause des règlements de compte et du déplacement des frontières, de la vie en RDA jusqu’au terrorisme de la bande à Baader… J’ignorai que ce pays avait été aussi meurtri (dans notre pays, on ne connait que l’Histoire écrite par les vainqueurs), et on ne sort pas indemne de la lecture de ce texte. Maxime Gillio a dû beaucoup se documenter pour arriver à une peinture aussi réaliste de cette période noire. Il décrit des situations intolérables en évitant les détails scabreux et tout voyeurisme. Le côté historique est très développé alors que l’intrigue policière (qui ne montre son nez qu’en milieu d’ouvrage) n’est qu’une péripétie, qui ne sert finalement qu’à la conclusion de l’histoire.

Un livre bien écrit qu’on ne lâche pas avant la dernière page, un livre fort, captivant et troublant. Bravo Monsieur Gillio !

Didier Hanquez

01/01/2017

Déc 16

Hervé HERNU : « Les cris de l’ange »

 

les cris de l'ange

Editions Ravet-Anceau, collection Polars en Nord n°217 (2016) 15€

A noter : le roman est en vente sur le site Ravet-Anceau en PDF et en EPUB (11,99€)

Hervé HERNU nous offre avec les cris de l’ange, son huitième texte édité, dont 6 romans parus chez Ravet-Anceau, notamment dans la collection Polars en Nord.

Les cris de l’ange est la suite du thriller « Les murmures de l’ange » mais peut se lire séparément sans problème de compréhension. Il est situé à Arras, juste avant Noël.

« Kévin est un rescapé. Il a échappé à l’Ange Noir, un tueur en série s’attaque à de jeunes homosexuels à Arras », peut-on lire sur la quatrième de couv. Dix ans après, Kévin est devenu écrivain : il a acquis une certaine notoriété en racontant sa terrible expérience. Il vit avec Alexandre, un jeune policier. Ils ont beaucoup d’amis dans le milieu gay arrageois : de nombreux personnages entrent en scène au fil des premières pages.

Outre les crimes abominables perpétrés par l’Ange Noir de retour au-devant de la scène criminelle des deux côtés de la frontière franco-belge, un commando de trois hommes cagoulés et munis de barres de fer s’acharne de façon récurrente sur des couples gays en ballade dans Arras… La violence des actes submerge le lecteur…

On comprend bientôt que l’Ange Noir suit à la lettre le scénario du second roman de Kévin, prêt à être édité…La réalité poursuit la fiction…La dépassera-t-elle ? Comment L’Ange Noir a-t-il eu accès à ce compuscrit ? Kévin se sent épié, suivi, il s’enfonce dans une paranoïa telle, que même Alexandre se met à douter de lui… Les certitudes s’effondrent.

La mise en abîme du livre dans le livre perd, à dessein, le lecteur à plusieurs reprises. Le rythme de l’action s’intensifie au milieu du roman. Hervé HERNU décrit dans chaque chapitre l’avancée de chaque personnage en parallèle : Kévin, l’Ange Noir, Alexandre, les policiers belges, et un autre policier français (le père d’Alexandre), puis enfin celle de deux amants qui se retrouvent après avoir  tenté en vain de vivre avec une femme.

Le roman se déroule donc quelques jours avant Noël. La neige et le froid sont omniprésents, donnant aux paysages bien évoqués par Hervé HERNU des allures de photos noir et blanc. Seul le rouge sang vient animer les pages de ce thriller terriblement sombre.

Le thème choisi par Hervé HERNU exposant les difficultés des homosexuels à vivre simplement dans la société, à l’instar des hétéros, met en lumière sans complaisance, les idées rétrogrades et dangereuses de certains groupes de pression.

Derrière son thriller détonnant, Hervé HERNU prend un soin particulier à la psychologie de ses personnages : nous sommes confrontés, comme le dit lui-même l’auteur, à « leur vie,  leur état d’âme,  leurs relations,  leurs projets,  leurs mensonges,  utiles ou pas,  leurs envies,  leurs besoins.  Et sur l’espoir.  L’espoir d’être ou de devenir,  l’espoir d’avoir ou de ne pas avoir… ».

Un mélange très réussi !

Lydie GEORGE

12 décembre 2016

 

Déc 04

Festival BD de Boulogne-sur-Mer 03 & 04 décembre 2016

Chaque année à Boulogne-sur-Mer, en début décembre, alors que Saint-Nicolas arpente les rues de la ville, avec les décorations de Noël, on voit réapparaître les bulles. Non, ce n’est pas le salon des vins de Champagne, c’est le Festival de Bandes Dessinées. Pour le festival 2016, le 26ème (comme le temps passe !), il a changé de lieu et c’est tant mieux : c’est fini la bibliothèque des Annonciades, ses escaliers, sa salle tout en longueur peu pratique pour les files d’amateur de dédicaces,  l’Hôtel de Ville accueille maintenant  les dessinateurs dans un cadre bien plus prestigieux. Autre avantage, le salon d’honneur permet la circulation d’un stand à un autre avec fluidité.

 imgp0067  imgp0065

Un nouveau lieu pour le festival : la Mairie

L’organisateur Bruno Ghys, et ses charmantes vendeuses…

 

Le « casting » était encore de qualité, cette année. Outre, Franck Pé auréolé du succès du très poétique « Spirou et la lumière de Bornéo » qui réalisa une fresque, étaient présents des auteurs de grande renommée comme Aouamri (« Mortepierre »), Philippe Luguy (« Percevan »), Béatrice Tillier (« Le Bois des Vierges » ), Vanyda (« L’immeuble d’en face »), les locaux Olivier Brazao et la bande d’opale BD… et bien d’autres encore….

 imgp0051  imgp0061

Béatrice Tillier

Philippe luguy

 imgp0057  imgp0055

Franck Pé

Vanyda

 

De nombreux lecteurs, dans une atmosphère un peu fébrile mais bon enfant, n’hésitaient à faire la queue pendant un temps parfois assez long pour obtenir une magnifique dédicace…

Une manifestation réussie !

 imgp0049  imgp0050

Opale BD

Fabien Rypert

 

Déc 02

Michel JADIN : « Le trésor du Poilu »

couv-tresor-poilu

 

Editions Libre Label (2016) 10€

Le thème de la Grande Guerre n’est pas forcément facile à appréhender pour les ados d’aujourd’hui. Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Bien que les médias nous abreuvent d’informations de toutes sortes depuis le début du centenaire et lors de chaque commémoration, tout est très diffus pour des jeunes en quête de connaissances.

Ce petit roman rondement ficelé leur apportera des réponses.

Il met en scène un jeune Picard, Antoine, en vacances d’été à Doullens, au cœur de la Somme, chez ses grands-parents. Le prof d’Histoire a donné des devoirs : préparer un exposé sur la Grande Guerre pour la rentrée. Les grands-parents proposent à Antoine et à ses deux amis (Chloé et Thomas) de commencer leurs recherches dans le grenier : de nombreux souvenirs datant de l’arrière-arrière-grand-père d’Antoine s’y trouvent. Grâce à la lecture de lettres et de cartes émouvantes, les enfants découvrent la réalité de la vie de tranchées et celle de la guerre avec son cortège d’horreurs. Pour les trois jeunes, les textes écrits par l’aïeul d’Antoine donnent du sens à cette époque lointaine. L’une des cartes, énigmatique, évoque un trésor que l’ancêtre gardait toujours sur lui. Ce mystère relance l’intérêt du lecteur, si besoin est.

Se glisse alors une petite enquête suite à un cambriolage. C’est Antoine qui la mène seul, avec courage et ténacité que le poilu du siècle d’avant ne renierait pas…

Le trésor symbolique est découvert à la fin du roman, relativisant les essentiels de l’époque…et ceux d’aujourd’hui.

Un bon petit roman sympathique et didactique, réfléchi dans sa structure pour en faire un texte destiné aux jeunes lecteurs (à partir de 10 ans).

A noter également : les illustrations de l’auteur, Michel JADIN, qui glisse entre ses dessins, des photos d’époque qui donnent corps au roman.

Lydie GEORGE

2 décembre 2016

Déc 02

Jean-Christophe MACQUET : « Mandoline Vs Neandertal – L’embaumeur – Tome 11 »

mandoline

Éditions L’atelier Mosésu (2016) 222 pages ; 8.95 €

 

La collection « L’embaumeur », une des premières présentées par les éditions de l’Atelier Mosésu, nous raconte les aventures d’un héros pas comme les autres, Luc Mandoline, un thanatopracteur itinérant, qui, escorté d’un ex-compagnon légionnaire (Sullivan) et d’une amie d’enfance (Elisa), s’intéresse aux décès par trop suspects, aux personnages trop bizarres, et devient un enquêteur aux méthodes musclées qui cherche la vérité à tout prix. Chaque ouvrage de la collection est écrit par un auteur différent (comme les nordistes Claude Vasseur, Jess Kaan, Maxime Gilio ou Michel Vigneron que nous connaissons bien) sur le modèle d’un autre personnage célèbre dans le monde du Polar « Le Poulpe ».

Ce nouveau roman, plutôt atypique, est l’œuvre de Jean-Christophe Macquet, auteur du Pas-de-Calais. Atypique car, l’embaumeur étant  amoureux d’une jolie archéologue, il est devenu monogame, il n’apparait ici qu’en vacances, plus de cadavres à réparer, et exit ses complices Sullivan et Elisa. Mais Luc va enquêter sur la disparition  d’un vieux légionnaire allemand côtoyé dans un camping  qu’il considère comme un ancien frère d’armes, cela va lui permettre de déterrer des actions meurtrières  d’extrémistes de droite datant de plusieurs dizaines d’années… jusqu’à ce que son enquête et sa vie amoureuse se croisent.

Jean-Christophe Macquet a approfondi son thème archéologique et son roman foisonne de mille détails sur l’évolution des Néandertaliens. Le roman se lit rapidement car le style est agréable. Mais, je n’ai pas retrouvé l’embaumeur des précédentes aventures, le personnage de Luc Mandoline étant ici un gars sportif, c’est tout, son petit monde défini dans les tomes précédents a été gommé. Dommage.

 

DIDIER HANQUEZ

Le 02/12/2016

 

Articles plus anciens «