Nov 19

Michel QUINT : « Apaise le temps ».

Apaise le temps.indd

Editions Phébus (2016) 12€

Il est presque déplacé de présenter Michel QUINT tant il est connu de tous depuis bien longtemps ! Professeur de Lettres classiques puis de théâtre à Lille, auteur inspiré d’ « Effroyables jardins » (2000) et d’une cinquantaine d’autres ouvrages, Michel QUINT est lu et apprécié même au-delà de nos frontières, notamment grâce à « Effroyables jardins », traduit en 25 langues, et porté au cinéma (par Jean BECKER) et au théâtre également.

Attaché à ses origines, il met bien souvent en scène le Nord de la France.

« Apaise le temps » se déroule à Roubaix, de nos jours. Abdel Duponchelle (« Flamzou des Aurès »…), un professeur de Lettres attachant et lunaire, est le centre d’un petit cercle amical qui se cristallise à la mort de la libraire du quartier. Le magasin, à l’ombre de l’hôtel de ville, est minuscule, mais c’est là qu’Abdel y a forgé sa culture littéraire grâce aux conseils de la libraire. Une libraire-photographe qui laisse derrière elle de nombreux clichés des années noires de la lutte pour l’indépendance de l’Algérie. La région lilloise, à cette époque (fin des années 50-début des années soixante), a été le siège de luttes fratricides entre le FLN et le MNA, luttes que les anciens de l’époque n’ont pas oubliées. « La guerre des cafés », épisode sanglant, est évoquée dans le roman de Michel QUINT. Lorsque l’OAS entre en scène, la violence s’aggrave, mais également la délation. Samir, un vieil Algérien ami d’Abdel, a gardé la mémoire intacte de tous ces événements…Il a même gardé des listes…

Abdel, qui hérite de la vieille librairie, va devoir gérer les souvenirs des uns et les convictions encore bien vives des autres. Par la solidarité, la fraternité et toute l’intelligence dont il fait preuve avec modestie, il va tenter d’apaiser les passions d’un temps déjà lointain et ce rôle fera de lui un héros ordinaire plein d’humanité.

Lydie GEORGE

19 novembre 2016

Sur Youtube, l’interview de Michel QUINT par François BUSNEL, dans l’émission « La grande librairie » d’avril 2016 :

https://www.youtube.com/watch?v=k2aR301Mh_Q

Nov 14

Jess KAAN : « Le secret de la petite demoiselle »

couv-petite-demoiselle-2

Pôle Nord éditions (2016) 9€

Second roman de la collection « Belle époque », lancée par Pôle Nord éditions, « Le secret de la petite demoiselle » nous entraîne à Dunkerque et à Malo-les-Bains entre docks populeux et villas mondaines.

Quelques années après la guerre de 1870, la France se relève économiquement, développe son industrie, ses voies ferroviaires, et, comme à Paris (sous la houlette du baron Haussmann), les grands bourgeois ambitieux  et avides se lancent dans la spéculation immobilière et s’enrichissent très vite.

Peu scrupuleux et suivi par sa municipalité, Zwendaël, ne va pas hésiter à jeter à la rue et à exproprier les plus pauvres de Dunkerque : il ne se fera pas que des amis. Plusieurs de ses associésen feront violemment les frais.

C’est pour résoudre le mystère de ces meurtres en série en toute discrétion qu’Ernest Hornes, détective privé parisien –et accessoirement ami du premier adjoint du maire de Dunkerque- débarque dans la gare de la cité de Jean Bart. Reste l’énigme de la petite demoiselle…Et si derrière tout cela, se profilaient les prémisses de la fin de la belle époque ?…

Des personnages troubles et inquiétants, un décor bien documenté sur le Dunkerque du début du XXème siècle, des péripéties surprenantes, un privé qui n’est pas sans rappeler le grand Holmes, voici un roman que l’on dévore et qui ne déçoit pas !

Lydie George

14/11/2016

 

Oct 02

22ème Marché aux Livres d’occasion

L’association Le Livre à la Mer propose cette année encore un marché automnal à ses fidèles vendeurs/acheteurs/lecteurs. Ce marché est réservé aux particuliers uniquement : il est l’occasion de vider les étagères des bibliothèques personnelles… pour faire de la place à de nouveaux bouquins ! Une buvette permet de feuilleter ses acquisitions tout en prenant un petit café…
La location des tables (2 maximum par vendeur) est à un tarif très modeste. Elle peut se faire par téléphone au 03 21 32 61 17 ou par mail lelivrealamer@wanadoo.fr
22-livre-doccasion-2

Avr 22

Semaine Littéraire à Boulogne-sur-Mer (18 au 24 avril 2016) : lecture-rencontre avec Ramiro OVIEDO

  1ère semaine littéraire de Boulogne-sur-Mer
Jeudi 21 avril 2016
Lecture/Rencontre avec Ramiro OVIEDO

IMGP9160

Dans le cadre de la Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, les « Annonciades », le poète Ramiro Oviedo rencontrait ses lecteurs ce 21 avril. Malgré quelques problèmes de changements de salles et d’horaires, une vingtaine de personnes ont répondu « présent » et ont assisté à une agréable rencontre littéraire qui baignait dans une ambiance à la fois zen et bon enfant…

IMGP9152

Originaire de l’Equateur où il est né en 1952, Ramiro Oviedo arrive en France où il obtient un doctorat à l’Université de Toulouse-Le Mirail en 1992. Puis, il enseigne la culture hispanique à l’Université du Littoral-Côte d’Opale. Il habite alors Boulogne-sur-Mer, ville qui l’inspire et où il écrira « la route du poisson », recueil mis à l’honneur au cours de cette manifestation.

IMGP9158

« La route du poisson » n’a rien à voir avec l’activité principale du port de pêche de la Côte d’Opale, le poisson, cité ici, c’est le signe zodiacal de l’auteur… Mais, tous les textes de l’ouvrage sont centrés sur Boulogne, son atmosphère, ses habitants, vus à travers le regard sarcastique de l’auteur. Après une présentation de Patrick Dréhan, conseiller municipal et directeur du Festival de la Côte d’Opale, nous assistons à une lecture en alternance : en espagnol par Ramiro Oviedo, puis en français par Mr Dréhan, qui déclame avec talent. On se régalera d’une jolie description du port boulonnais, on sourira avec un texte très drôle sur les mouettes Ch’Ti, sur la politique de la municipalité pour nous protéger de ses infâmes volatiles ou on est ému avec un texte hommage sur un ami de l’auteur, Achille (Chassot), lors de la visite d’un célèbre cinéaste argentin à Boulogne en 1970….
Pour conclure, le poète a répondu à quelques questions des spectateurs avant de se livrer à la traditionnelle séance de dédicaces…

IMGP9151

Mar 28

Semaine Littéraire à Boulogne-sur-Mer (du 18 au 24 avril 2016) : bookcrossing monstre dans toute la ville

150 livres voyageurs seront libérés dans la ville!

C’est le principe du bookcrossing. On abandonne un livre quelque part, un autre lecteur le trouve, le lit et l’abandonne à son tour, non sans avoir laissé sur le site dédié bookcrossing.com un petit message pour raconter sa découverte.

Divers événements auront lieu durant toute cette Semaine Littéraire pendant laquelle le Livre à la mer apportera sa pierre à l’édifice en déposant dans des lieux visibles 150 romans : sur les bancs du port, des bords de Liane, en Vieille Ville, aux abords des supermarchés, de la Poste, de la mairie…

Ouvrez l’œil et n’hésitez pas à emporter les livres sur lesquels seront apposés les petits logos fluos (voir la photo ci-dessous)

Bonne chance!

rondelles bookcrossing

Mar 14

OZANAM et NADJI : « Journal d’Anne Franck »

L’annexe : notes du journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944″

Roman graphique

Editions Soleil (2016)  144 pages ; 17.95€

Journal d'Anne Frank (Le) - C1C4 v2.indd

« Le journal d’Anne Frank » est un témoignage important et incontournable de ce qu’ont subi les Juifs durant la seconde guerre mondiale, il a connu de nombreuses rééditions, de nombreuses adaptations aussi (cinématographiques, théâtrales, musicales…). Une adaptation supplémentaire en BD (c’est la première !) était-elle nécessaire ? A une époque où les notions de liberté et de respect des autres (dans leurs différences religieuses, dans leurs différentes origines) sont de plus en plus floues, ce genre de « rappels » est tout à fait nécessaire…

Les deux auteurs de cette adaptation (quasiment des inconnus, le scénariste est chroniqueur à France Bleue Nord et le dessinateur est lillois) ont su nous présenter Anne comme une jeune fille comme les autres, avec les mêmes soucis quotidiens que la plupart des jeunes filles d’aujourd’hui. Les décors rudimentaires accentuent l’intérêt pour les personnages. Chaque planche est bicolore ou tricolore, une palette réduite mais des couleurs souvent sombres, est liée aux émotions d’Anne et retranscrit très bien la notion d’enfermement. L’ensemble se lit sans ennui, bien que l’histoire soit connue. Il manque juste un petit quelque chose, selon nous, pour que l’émotion passe vraiment…

Un ouvrage nécessaire, qui est plutôt réussi et qu’il faut recommander aux jeunes lecteurs, à l’heure où l’antisémitisme est de nouveau tristement d’actualité.

 

A partir de 10 ans.

Didier Hanquez

Le Livre à LA Mer, le 26/02/2016

 

Fév 28

21ème Marché aux Livres d’occasion d’Ambleteuse

Dimanche 13 mars 2016 de 9h à 18h, salle des Fêtes d’Ambleteuse.

L’association Le Livre à la Mer a encore fait le buzz avec de très nombreux visiteurs…et acheteurs le dimanche 13 mars.

Tous les vendeurs étaient contents de leurs ventes, mis à part quelques invétérés bougons…qui reviennent pourtant chaque année et qui nous font sourire dans nos moustaches…

Le diaporama de ce dimanche dans les livres c’est ici

 

 

 

Déc 30

Jean-Pierre LEVARAY : « Faire quelque chose »

couv-faire-quelque-chose

Editions Chant d’orties (2015), collection L’Eglantine (8€)

 

Jean-Pierre LEVARAY, écrivain engagé, aime parler du monde du travail en usine car c’est un monde qu’il connaît bien pour y avoir passé de nombreuses années de sa vie.

La plupart du temps, ses ouvrages sont à destination d’un public adulte, mais ce court roman, « Faire quelque chose », s’adresse plutôt à des adolescents de collège et de lycée. Ce n’est pas la première fois qu’il écrit un texte pour les jeunes : « C’est quoi ce travail ? » (paru en 2012) était déjà une réussite.

Cette fois encore, l’histoire a pour décor une usine et comme personnages, ses ouvriers. L’action se déroule en 1941 et en 1942 dans la région de Rouen, à Sotteville exactement. L’usine où travaille Simon, le héros, dix-sept ans, vient de changer de mains. Autrefois dédiée à la fabrication de locomotives pour la SNCF, elle produit désormais des engins pour la Reichbann. Il faut dire que les allemands ont envahi la moitié nord de la France… et que les ouvriers n’ont aucune envie de travailler pour eux. Ils sabotent la production en resserrant le mandrin un peu trop ou en jetant des copeaux métalliques dans les bacs d’huile… Mais cela ne leur suffit pas, et ce, malgré les représailles sérieuses à l’encontre de certains des leurs : emprisonnements, déportations, prises d’otages, condamnations à mort. Ils veulent « faire quelque chose » pour lutter contre l’occupant et petit à petit des réseaux de résistance se créent dans la région rouennaise. On sait, depuis, que les cheminots de France ont été parmi les Résistants les plus actifs de cette période noire. Simon ne veut pas se contenter d’observer ses collègues un peu plus âgés que lui. Il veut participer aussi ! Il est intégré à un groupe qui prépare une action importante à Rouen. A la grande surprise de tous, Simon déclare qu’il veut être le guetteur qui préviendra du moment propice pour jeter la bombe. Petit rôle… mais crucial !

A partir de ce moment, Simon va s’émanciper. Avec courage, il écrira à ses parents et s’éloignera d’eux pour ne plus travailler pour les Allemands. Au fil des pages, on sent le héros s’affirmer, ne plus craindre les conséquences de ses actes, et suivre ses convictions face à l’oppresseur. Toutes valeurs importantes à transmettre aux lecteurs adolescents.

« Faire quelque chose » est écrit dans un style vif, avec des phrases courtes qui donnent du rythme aux aventures de Simon.

Les quelques illustrations de Brigitte ROUSSEL affirment la destination jeune public de ce petit roman rapide. Elles donnent une bonne idée de l’ambiance de l’époque.

Le roman s’achève par une séquence se déroulant en 2013. Simon, désormais un vieux monsieur, témoigne de son histoire et de son engagement auprès de collégiens. Il termine en évoquant un monument aux morts particulier, qui se trouve à Gentioux, dans la Creuse. https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_aux_morts_de_Gentioux-Pigerolles

Ce monument est d’inspiration pacifiste et on peut y lire : « Que maudite soit la guerre. »

Histoire de rappeler aux jeunes gens d’aujourd’hui que la paix, c’est bien aussi…

Et qu’on peut certainement « faire quelque chose » pour la conserver…

Site des éditions Chant d’Orties

Lydie GEORGE

5 décembre 2016

Déc 30

Sylviane TAQUET : « Dans l’ombre des dunes ».

l_ombredesdunes_couv

Editions Ravet-Anceau (2015)  9€

Ambiance tendue et noire pour ce premier polar de Sylviane Taquet ! Ajoutons à cela des personnages très ambigus… et on est presque content d’arriver à la dernière page et ainsi d’échapper au piège inéluctable du virus…

L’intrigue se déroule sur la Côte d’Opale dont la géographie chamboulée et imaginaire perd un peu le lecteur local. Le roman démarre longuement, sur les affres de la vie sentimentale d’une jeune femme, Lise Delaferté, policier à Paris. Pour surmonter une rupture, elle s’éloigne quelque temps du commissariat pour rejoindre sa terre natale nordiste et y retrouver son meilleur ami, vétérinaire, Baptiste Métaillon.

Le séjour de Lise n’est pas de tout repos car la mort d’un poulet d’élevage, puis d’un pigeon voyageur, et la suspicion du virus de la grippe A H5N1 vont affoler les deux jeunes gens ainsi que les autorités sanitaires.

Enfin, en parallèle à ce virus susceptible de lancer une épidémie, un étrange locataire, silencieux et mystérieux, disparaît de la clinique vétérinaire où il occupait un studio. En échange il rendait quelques services professionnels à Baptiste. Ni vu, ni connu…Quoique…

« Plus j’y réfléchis, dit un personnage du roman, et plus je pense qu’il y a beaucoup trop de concours de circonstances dans cette affaire. Le hasard y tient une place que j’aimerais pouvoir cerner… »

Les lecteurs également…

Lydie GEORGE

21 novembre 2016

Nov 22

Lucienne CLUYTENS : « Pink Konnexion »

 

Editions L’atelier Mosésu, 340 pages, 12 €

 

L’éditeur « Atelier Mosésu », toujours créatif, a encore lancé une nouvelle collection : « Parabellun », la collextion qui sent la poudre ! Le premier opus est signé par Lucienne Cluytens. Cette auteure lilloise de polars a déjà été reçue par « Le Livre à La Mer » au cours d’un Café Littéraire consacré aux dames du Roman Noir. En 2004, son premier livre «  La Grosse » (Liv’Editions) est sélectionné pour le Prix du Polar SNCF. Chez le même éditeur, elle publie « Le Petit Assassin », en 2006, puis c’est dans la célèbre collection Polars en Nord chez Ravet-Anceau que sont édités une série de quatre romans policiers mettant en scène le capitaine Flahaut, policier lillois mal vu par sa hiérarchie mais attachant. C’est ce personnage que met de nouveau en scène Lucienne Cluytens.

Pour sa cinquième apparition, Flahaut est envoyé en mission secrète : il doit retrouver la fille du préfet qui a fugué. Mais, il n’est pas homme à faire des compromis avec le pouvoir. Alors, il suivra ses intuitions, découvrira un trafic de drogue (des pilules roses !), nous entrainera dans les caves et tunnels du vieux Lille et plongera dans le passé de certains notables…

L’intrigue de ce roman est très prenante : une fois commencé, il faut le lire rapidement ! Le style de Lucienne Cluytens, s’il est toujours clair et lisible, a gagné en maturité. De plus, sa connaissance du Lille souterrain ajoute à la crédibilité de l’ouvrage. Un bon polar !

Didier Hanquez

« Le Livre à La Mer », le 20/09/2015

Articles plus anciens «

» Articles plus récents