«

»

Juin 09

André MARTEL : « Ne cueillez pas les fleurs de nénuphar à Saint-Omer ».

 

Editions Christian Navarro, Collection Noire Cité, 14€

Professeur de lettres à la retraite, André Martel vit toujours dans la région de Saint Omer, où il a enseigné. Il a toujours eu la passion de l’écriture et nous propose ici son dixième ouvrage.

C’est de nouveau un roman policier qu’André Martel publie sous le titre insolite de « Ne cueillez pas les fleurs de nénuphar à Saint-Omer ». Amaury est-il ce garçon si dévoué comme il tente de le faire croire, ou n’est-il qu’un monstre sanguinaire ? Un roman surprenant à l’écriture soignée et à l’intrigue bien tissée !Amaury, quadragénaire solitaire au comportement curieux, passe son temps à errer dans les gares. C’est là, à la descente d’un train, qu’il rencontre Elsa dont il tombe amoureux au premier regard. Elle l’obsède mais il n’ose l’aborder. Quand la belle inconnue est accusée de meurtre, Amaury va la protéger et la cacher au reste du monde. Mais, tout n’est si simple : Elsa a-t-elle vraiment tué celui qui la menaçait ? Amaury est-il le tueur en série qu’il prétend être ? Jusqu’à la dernière page, il est difficile de démêler le vrai du faux.

Après un début un peu lent et malgré quelques confusions de prénoms qui ont échappées au correcteur Amaury est-il ce garçon si dévoué comme il tente de le faire croire, ou n’est-il qu’un monstre sanguinaire ? Un roman surprenant à l’écriture soignée et à l’intrigue bien tissée ! Amaury est-il ce garçon si dévoué comme il tente de le faire croire, ou n’est-il qu’un monstre sanguinaire ? Un roman surprenant à l’écriture soignée et à l’intrigue bien tissée ! Amaury est-il ce garçon si dévoué comme il tente de le faire croire, ou n’est-il qu’un monstre sanguinaire ? Un roman surprenant à l’écriture soignée et à l’intrigue bien tissée !, ce roman se lit bien et rapidement. André Martel confirme son habileté à tisser une intrigue qui captive le lecteur. Pour passer une bonne soirée de détente.

Didier HANQUEZ

in Côte d’Opale web et papier juin/juillet 2013